Accès direct au contenu


Version française > Newsletter

Nos préoccupations dans le domaine du vieillissement

25/05/2014

Classiquement, les études de psychologie cognitive montrent d’importants déficits d’apprentissage liés au vieillissement. Si l’on s’en tenait aux résultats de telles études, les personnes âgées devraient ...

Préoccupations dans le domaine du vieillissment
Classiquement, les études de psychologie cognitive montrent d’importants déficits d’apprentissage liés au vieillissement. Si l’on s’en tenait aux résultats de telles études, les personnes âgées devraient pratiquement être incapables de s’adapter aux situations nouvelles, ce qui ne correspond pas à la réalité. Or, les situations classiques d’apprentissage ne simulent pas la réalité quotidienne (Kausler, 1994). Elles utilisent des paradigmes d’où les relations fonctionnelles sont exclues. Elles vont par exemple étudier l’apprentissage de listes de paires d’items sans signification et où les items à associer sont sans lien les uns avec les autres. Ces cas existent bien, mais ils sont rares et des prothèses sont continuellement inventées pour pallier les difficultés crées par l’absence de relations (par exemple, les répertoires téléphoniques). En réalité, lors de nos rapports habituels avec notre environnement, nous devons faire face à des relations nombreuses, interdépendantes et multiformes entre variables (Hammond, Stewart, Brehmer, & Steinmann, 1975 ; Hammond & Stewart, 2001), lesquelles sont en partie pertinentes et en partie non pertinentes à l’égard des buts (Apter, 2001) que nous nous fixons, ne sont que peu valides et s’organisent de multiples façons (Anderson, 1996).
Après avoir exploré plusieurs aspects du vieillissement, nous avons récemment étudié dans quelle mesure la présence de relations dans une situation d’apprentissage modifie les patterns de différences de performances entre adultes jeunes et âgés (Musielak, Giraudeau, Chasseigne, & Mullet, 2014). Cette étude est totalement originale. Elle montre que lorsque les conditions d’adaptation sont conformes à la réalité (présence de relations), les personnes âgées n’ont pas des performances fondamentalement différentes de celles de personnes plus jeunes, contrairement au cas où les situations sont artificielles (à matériel identique, sans relation).
 
Céline Musielak, Caroline Giraudeau, Gérard Chasseigne.
 

  • Facebook
  • twitter
  • google
  • imprimer
  • version PDF
  • Envoyer cette page

Retour au site institutionnel